Techniques hydroponiques les plus répandues

Aéroponie:

L’aéroponie est souvent considérée comme l’une des techniques hydroponiques les plus développées. Cette dernière repose sur un système d’irrigation , qui distribuera de manière automatique et uniforme les minéraux et nutriments aux végétaux. Cette distribution se fera sous forme de pulvérisations sur les racines de ces végétaux. Ces dernières sont en réalité suspendues dans l’air, ce qui favorise une meilleure oxygénation. Bien évidemment, contrairement à certaines techniques hydroponiques, l’aéroponie ne nécessite pas de substrat.

Le dispositif aéroponique peut cependant varier. Généralement, les plantes sont disposées dans des sortes de pots à trou, de sorte que les racines soient suspendues dans le vide. En dessous d’elles se situe un réservoir avec la solution nutritive. Ce dernier alimente à l’aide d’une pompe et d’un timer un circuit d’irrigation fermé. L’eau est ainsi envoyée à haute pression à travers un brumisateur sur les plantes. Les gouttelettes qui se forment alors se déposent sur les racines et le surplus retombe dans le réservoir du système et est renvoyé en cycle fermé.

Illustrations aéroponie techniques hydroponiques

Culture en eau profonde:

Contrairement à l’aéroponie, la culture en eau profonde consiste à immerger les plantes dans une solution nutritive dite aérée. En théorie, seules les racines « baignent » dans la solution. L’autre partie dans la plante est dans un pot percé, situé sur un radeau qui flotte à la surface de l’eau. On ne retrouve ici pas une pompe à eau mais une pompe à air, dont le but est l’oxygénation de la solution. Ce mode de culture n’a pas besoin de substrat.

Dans le détail, une culture auquaponique en eau profonde comporte un système d’irrigation, un de filtration et des bacs de cultures. Le système de filtration est très important. Il contient généralement deux filtres. L’un, mécanique, sert à arrêter et retenir les gros déchets solides, et l’autre, biologique, participe à la conversion de l’ammoniaque en nitrate, permettant de limiter le développement des algues. Il arrive également que certains bassins hébergent des poissons qui produisent ainsi des fertilisants naturels.

Une variante de la culture en eau profonde est la « table à marée ». Cette dernière permet d’alterner entre une immersion complète dans la solution et une exposition à l’air ambiant. Cela permet un meilleur contrôle de l’oxygénation, mais également une meilleur régulation des températures. Il existe également le système à mèche, relativement basique, qui repose exclusivement sur la capillarité.

Culture aquaponique

Goutte à goutte et nutrient film:

Le système NFT produit un apport continu de nutriments aux plantes. Le fonctionnement est simple: les plantes sont en général placée dans des rigoles inclinées, dans lesquelles on fait passer la solution nutritive en continu. D’où la notion de film, qui se dépose sur les racines. La technique fonctionne également au goutte-à-goutte permanent.

Il existe 4 principes relatifs à la technique de culture sur film nutritif. L’inclinaison des rigoles doit être uniforme. Le débit entrant doit être faible afin d’éviter une trop grande profondeur d’eau. Les rigoles doivent être assez larges afin de ne pas empêcher les éléments nutritifs de passer. Enfin, la base de la rigole doit être plate, afin d’avoir une profondeur d’eau équivalente sur tout le réseau.