La qualité de l'eau en culture hors-sol

Eau du robinet ou eau de pluie? Connaitre les caractéristiques de chaque ressource pour des cultures plus performantes!

En fonction de l’espace dont on dispose ou de l’installation que l’on peut mettre en oeuvre, le jardinier urbain utilisera de l’eau de pluie ou de l’eau du robinet. Voici quelques rappels et informations pour comprendre la portée de ses choix.

L’EAU DE PLUIE

La formation de la pluie résulte de la condensation de l’eau présente dans l’air. Celui-ci comporte des éléments gazeux issus du milieu naturel, mais aussi de l’activité industrielle, de la combustion des produits fossiles riches en soufre et de la circulation automobile.

Les plantes sont directement ou indirectement atteintes par ces polluants dont les plus préoccupants, l’ozone troposphérique et le dioxyde de soufre (SO2) participent à la formation des pluies acides. La terre joue un rôle de filtre naturel pour l’eau qui se dirige vers les nappes phréatiques.

Elle concentre ainsi les polluants et les emmagasine à des niveaux parfois toxiques. On peut remarquer qu’une culture hors sol sans substrat, fondée sur l’utilisation des eaux de pluie, conduira à une quantité de polluants absorbés plus faible qu’une culture en pleine terre.

 

qualite de l eau IMG_1728L’EAU DU ROBINET

La composition de l’eau peut varier en fonction de la région où vous habitez. Les sociétés de gestion des eaux tiennent à votre disposition un document la renseignant.

Elle sera qualifiée de plus ou moins dure en fonction de sa teneur en calcium et en magnésium. Une eau très dure entraîne des dépôts de calcaire dans les tuyaux et dans les goutteurs. Vous devrez alors, si possible, diluer cette eau à celle de la pluie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *