Les principes de la culture hors-sol biologique

C’est le procédé de culture qui introduit l’utilisation d’engrais organiques dans le processus de nutrition des plantes. Par extension, il adhère à une éthique qui met en avant la réduction de l’impact environnemental d’une culture à toutes les étapes de son développement.

À l’opposé de sa grande sœur, elle est porteuse de véritables solutions d’avenir en matière de production locale d’aliments, de transformation des déchets et de la gestion de l’eau. Elle peut être pratiquée à l’échelle individuelle, nécessite moins d’entretien et assure aux plantes une plus forte résistance aux agressions extérieures.

 

Ne pas confondre la culture hors-sol biologique avec l’agriculture biologique :

bien que vous vous apprêtiez à cultiver vos légumes avec des engrais organiques dont certains seront certifiés « bio », vous ne pourrez prétendre cultiver en agriculture biologique.

Les labels comme « AB » répondent en effet à un cahier des charges dans lequel il est précisé que la production doit se faire en pleine terre. Toutes les cultures hors sol sont par conséquent exclues de cette certification.

 

le travail des microorganismes

Sans l’aide de ces micro-organismes, les racines n’ont pas la capacité de transformer la matière organique en minéraux

Une technologie simple et naturelle

Lorsqu’elle est envisagée de façon biologique, la culture hors sol prend une dimension inédite : en reposant sur un réservoir de biodiversité, elle exige de créer un environnement naturel vivant. Un écosystème équilibré où bactéries, champignons et insectes œuvreront collectivement pour la croissance de légumes maison.

 

 

 

Le principe

L’humus désigne la partie supérieure du sol créée et entretenue par la décomposition organique de toute la matière qui s’y dépose. C’est un réservoir d’engrais organiques qui se transforme progressivement en matière minérale sous l’action de micro-organismes et de champignons présents dans le sol. Pour se nourrir, la plante a besoin d’assimiler des nutriments sous forme de minéraux.
Dans le cas d’une culture hors sol où l’apport d’engrais se fait sous forme organique, il est nécessaire de le transformer.

Pour ce faire, des micro-organismes introduits dans le système de culture, vont se lier aux racines pour favoriser la transformation et l’assimilation des minéraux.

Pour en savoir plus sur l’intéraction des bactéries et l’action des champignons cliquez sur les liens ci-dessous.

 

Culture hors-sol

À l’intérieur de ce tapis racinaire de basilic cultivé sans substrat sur une table de culture à partir d’engrais organiques, fourmille les milliards de micro-organismes qui ont permis à ce petit miracle d’exister.

 

 

 

 

 

La symbiose mycorhizienne      L’intéraction des bactéries

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *