Les objectifs de l'association

Une association pour promouvoir et développer des pratiques horticoles adaptées au milieu urbain et périurbain et accompagner la transformation des mécanismes sociaux

Catégories

L'AFCH

L’imaginaire citadin rêve aujourd’hui de tours végétalisées, vivantes, de nature en ville. Quelques projets d’architecture ont fait le pari d’intégrer à la ville dense et active, des espaces de production alimentaire. Ces projets et tentatives éparses vont de pair avec un grand nombre d »expérimentations pratiques.

Quelques villes métropoles dans le monde explorent déjà les potentiels économiques, écologiques et sociaux que l’on peut tirer de l’agriculture urbaine maraîchère hors sol. Citons Montréal ou encore New York. En France les projets sont encore rares et peu de villes se sont pour le moment intéressées à l’agriculture urbaine en tant que qu’activité économiquement viable et bénéfique pour l’équilibre territorial.

Parier sur l’agriculture urbaine et périurbaine c’est d’abord effectuer un travail de formation et de sensibilisation à destination des personnes ou des structures qui feront vivre les projets. Il faut ensuite s’interroger sur les moyens qui permettent de passer d’une production théorique à une expérimentation pratique, sur la pertinence de cette évolution et sur les conditions de mise en oeuvre d’un projet agricole dans un environnement urbain.

ogo afch

 

RAISON D’ETRE DE L’ASSOCIATION
C’est avec l’idée de promouvoir et développer des pratiques horticoles adaptées au  milieu urbain et périurbain et d’accompagner la transformation des mécanismes sociaux qui leur permettront de voir le jour que l’association française de culture hors sol (2008) et le laboratoire d’écologie urbaine bioponey (2011) ont engagé un travail commun dans l’agglomération Grenobloise. En mettant en lien des citoyens, des professionnels du monde végétal et des entreprises ayant compétence dans des secteurs impliqués par ces projets (architecture, urbanisme, physiologie végétale, enseignement, biotechnologies, cuisine, agriculture et maraîchage, chimie de l’eau et chimie organique, électrotechnique) ces deux associations ont mis en place des structures d’apprentissage à destination du grand public et des professionnels. Cours, ateliers, formations, colloques ont été envisagés pour transmettre les techniques de culture hors sol biologique et stimuler les comportements individuels et collectifs quotidiens qui permettront d’envisager la ville de demain.

 

OBJECTIFS

Au delà des aspects techniques, il importe pour l’association de:

  • rétablir progressivement les relations s’établissant entre les villes et la production agricole,
  • réfléchir à la transformation des déchets et de leur valorisation (fertilisant, source d’énergie),
  • mettre en place des systèmes de culture adaptés au milieu urbain et aux sols stériles (économies d’eau et d’espace, production alimentaire, production d’énergie, multiplication des surfaces valorisables),
  • créer des réseaux de production et d’approvisionnement en circuits courts,
  • démocratiser les techniques de culture productives et saines adaptées au milieu urbain,
  • introduire la participation citoyenne dans la construction de l’espace vert.

 

PROJET-CUISINE4Qu’elle soit envisagée pour l’alimentation ou le confort de vie (réduction des îlots de chaleur, paysage urbain) la culture des végétaux en milieu urbain et périurbain nous incite dès à présent à accorder la participation citoyenne, les politiques publiques et les pratiques professionnelles sur une série de gestes quotidiens ayant trait à l’alimentation, à la gestion des déchets, de l’eau et de l’énergie indispensables au développement d’une offre maraîchère cohérente. Par extension, c’est bel et bien la relation de complémentarité entre métropolisation et ressource territoriale qui est aujourd’hui interrogée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *