Le potager textile

Le potager textile permet de réaliser des jardins urbains accessibles à tous. Il a vocation à introduire le jardinage en ville.

Il existe de nombreuses solutions pour aménager un grand potager hors sol. Comme par exemple l’utilisation de la toile.
Des bacs confectionnés en tissu sont disponibles à la vente. Ils offrent un design attractif et une solution intéressante pour ceux qui n’ont pas le temps de fabriquer un dispositif d’agriculture urbaine plus élaboré.

LE PRINCIPE

Le principe est le même que pour le dispositif d’agriculture urbaine, il s’agit d’une variante plus facile et moins onéreuse à mettre en oeuvre. Les plantes sont posées sur le sol, et la solution nutritive leur est apportée manuellement à l’aide d’un arrosoir ou par l’intermédiaire d’un système d’irrigation automatisé.

L’usage du textile pour envelopper le substrat limite le risque d’asphyxie des racines en facilitant l’évacuation de l’eau. La mise en œuvre du jardin se résume à déplier le pot et verser un substrat à l’intérieur avant d’y repiquer une plante. Selon le nombre de pots, un système d’irrigation pourra être ajouté afin de faciliter l’entretien du potager.

Si l’on aime la couture, il est possible de fabriquer soi-même un contenant textile en faisant l’acquisition d’une toile anti-racines, d’une bonne aiguille et de fil nylon.

SPECIFICITE

La qualité première d’un substrat pour ce support réside dans sa capacité de rétention, le drainage étant assuré par d’autres moyens. Un mélange de 90 % de terreau et 10 % de vermiculite assure un pouvoir rétenteur satisfaisant.

Des préparations à partir de compost de lombrics et de terre franche fournissent une alternative satisfaisante.

CULTURES ADAPTÉES

Cette méthode convient à la plupart des plantes potagères. Le volume de substrat nécessaire sera à adapter à la taille des végétaux. De manière générale, on retiendra une profondeur minimum de 30cm et un volume de 20 à 30l, pour les salades et aromatiques. Pour un pied de tomate ou un arbuste fruitier, il faudra prévoir un volume minimum de 50 l sur 40 à 50 cm de profondeur. À volume égal, on peut envisager la culture des légumes racines comme la pomme de terre ou les carottes.

 

COÛT : Pour un usage récréatif, individuel ou collectif, ces pots s’avèrent particulièrement bon marché. Pour une exploitation potagère économiquement viable, le coût d’acquisition du matériel limite considérablement la rentabilité de l’installation.

ÉCOLOGIE : Ces contenants ont une durée de vie satisfaisante, la résistance de la toile permet d’envisager plusieurs récoltes sans entretien particulier.

LIMITES : La perméabilité du pot textile augmente considérablement la consommation d’eau qui, attirée par la gravité et la capillarité du tissu, finit par s’évacuer prématurément. Pour cette raison, les substrats n’ayant pas une capacité de rétention importante sont à proscrire. Au moment de concevoir un tel jardin, il est indispensable de calculer la quantité de substrat à transporter. Suivant la surface, le volume nécessaire peut donner le vertige et un bon mal de dos.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *