La symbiose mycorhizienne

La plupart des végétaux possède un réseau racinaire associé à des champignons : c'est la mycorhize. Dans cette relation, le végétal récupère l’eau et les éléments minéraux absorbés par le champignon tandis que ce dernier bénéficie des molécules organiques synthétisées par la plante dans le cadre de la photosynthèse.

Tout le monde connaît les truffes, champignon savoureux réputés pour son goût comme pour son prix ! Ce que l’on sait moins c’est qu’elles sont le produit de l’association d’un champignon avec un chêne, une association qui porte le nom de symbiose mycorhizienne.

SYMBIOSE MYCORHIZIENNE

Dans les forêts préservées, certaines mycorhizes mesurant plusieurs kilomètres carrés relient les végétaux vivants à la surface.

Au cours de son développement, la plante est sollicitée par des champignons qui cherchent à s’associer à elle au niveau des racines. La plante procure les sucres et le carbone nécessaires au développement des champignons. En échange, ces derniers favorisent l’assimilation des nutriments minéraux et colonisent suffisamment d’espace pour inhiber l’installation d’autres champignons, pathogènes notamment.

On pense aujourd’hui que la colonisation d’une mycorhize provoque une réaction d’alerte chez la plante qui active des mécanismes de défense à l’égard de nouvelles tentatives d’intrusion. Environ 90 % des plantes cultivées peuvent rentrer en symbiose avec des champignons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *